GUADELOUPE

L'actualité du secteur
  • JOURNEE DE SECTEUR DU DIMANCHE 08 MARS 2020 - CHAPELLE DE PIGEON BOUILLANTE ENSEIGNEMENT DU CURE ALBERT BLANCHARD CONSEILLER SPIRITUEL EQUIPE BAIE-MAHAULT 1 Sur le thème : « Travail et mission du couple »

    Pour débuter notre rencontre, demandons au Père d’envoyer son Esprit :

    « Bondyé voyé Lespwi, ban nou Lanmou é Vi pou nou toujou sonjé ou vini rété èvè nou ! »

    « Seigneur, envoie ton Esprit ; Donne- nous ton Amour et ta Vie pour toujours nous rappeler que tu restes avec nous ! »

     

    INTRODUCTION 

    Vous m’avez posé un sacré défi ! 

    Parler de travail dans une société post esclavagiste où, dans le passé on a fait travailler des familles jour et nuit sans jamais les payer et dans le présent, une société vieillissante (donc surtout de retraités) avec une jeunesse qui s’en va chercher du travail ailleurs, car, au pays, 30 % de la population active se trouve au chômage et le chômage, comme parfois le travail lui- même, déstabilise le couple. 

    « Alors, Seigneur, Toi qui nous as dit que tu es venu pour que tous aient la vie et qu’ils l’aient en abondance,(Jean. 10 ,10),«an vini pou tout moun pé tini Lavi, La vi ka débòdé»Donne-nous ta lumière pour trouver les chemins de notre mission, ici, aujourd’hui !

    De toutes façons, quel que soit le contexte dans lequel ils vivent, les chrétiens de tous les temps ont pour première référence l’Evangile, l’enseignement et la pratique du Christ leur Sauveur et Seigneur.

    Alors, je vous propose simplement un parcours dans les évangiles et quelques textes des pasteurs de notre Eglise, pour trouver quelques lumières concernant le sens chrétien du travail et la mission des chrétiens et, plus particulièrement des couples chrétiens, dans notre société guadeloupéenne d’aujourd’hui.

     

    Une remarque préliminaire :

    Baptisés, nous disons souvent « JE crois ». Avant de dire « je crois », il faut pouvoir dire « JE ».

    Dans la Bible, il est écrit que l’homme doit soumettre la terre, il doit la dominer. Le travail fait donc de lui « un sujet »,une personne libre et responsable. 

     

    Deux personnes m’ont aidé à comprendre cela :

    Le Pape St Jean- Paul II dans le N° 6 deLaborem exercens « L’HOMME AU TRAVAIL :C’est en tant que personne que l’homme est sujet du travail ! » et Jean- Noël, ce jeune de Marie -Galante venu passer une semaine avec moi à Baie- Mahault, il y a quelques années, pour chercher chaque jour du travail à Jarry et à Pointe- à- Pitre, se sentant tellement inutile parce que « sans travail », il cherchait continuellement  à « se rendre utile » (se faire reconnaître comme une personne) en cherchant à porter mon sac, à m’ouvrir la portière de la voiture, au point de me sentir bien gêné par une telle attention si soutenue !

    Le travail est donc fondamental dans la vie de la personne. Il nous fait « sujet ».

     

     

    1. LE TRAVAIL DANS L’EVANGILE…

     

    Jésus, le Christ était charpentier, « un homme au travail », travail qu’il a appris de Joseph.

    « N’est-ce pas le charpentier, le Fils de Marie ? »,(Mc. 6, 3) ; (Mt.13, 55).

    « Nazareth ? Une Leçon De Travail! »(Catéchisme de l’EGLISE Catholique, CEC N°2204) et St Paul IV à Nazareth déclarait, le 05/01/64 : « Comme nous voudrions saluer d’ici tous les travailleurs du monde entier et leur montrer leur vrai modèle, leur frère divin ! …Par son travail, il a donc « sanctifié » le travail humain qui avait été trop souvent présenté comme une « punition » de Dieu pour le péché d’Adam. »

    Dans l’Evangile, quand Jésus appelle ses disciples, nous apprenons que, parfois, nous sommes appelés à quitter notre travail, nos outils, nos parents et nos compagnons de travail pour nous dépenser dans le travail d’évangélisation, notre mission de baptisés ou de couples chrétiens.

    « Au bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer; en effet, ils étaient pêcheurs.

    Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes…Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent »(Mt 4, 18-22);

    Cette mission est souvent définie comme « TRAVAILLER A LA VIGNE DU SEIGNEUR»

    Le Pape Benoît XVI a dit : « Je ne suis qu’un humble ouvrier avec vous dans la vigne du Seigneur ! »

    « La parabole des ouvriers à la vigne » (Mt. 20, 1 à 16)des ouvriers envoyés à la mission : « allez, vous aussi, à ma vigne ! »et, le soir, surprise : même salaire pour tous !

    « Ce qui est juste ! »; cela signifie que tout travailleur, « sujet »,a des droits, il doit être nourri, lui et toute sa famille. Ainsi la fonction De tout roi (ou de l’Etat) c’est d’être au service de la vie de son peuple, dans tous ses besoins humains fondamentaux : (vie, nourriture, logement ; santé, etc…) comme l’explique si bien St Jean XXIII au N°11 de : Pacem in Terris (1963) précisant le rôle de l’Etat par rapport à ces besoins fondamentaux.

    (Matthieu 25, 14 à 30): « La Parabole des talents »« à chacun selon ses capacités »et l’ouvrier mérite son salaire, mais attention : 

    « Méfiez- vous de l’appât du gain… et de l’argent malhonnête », « vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent ! »(Mt 6,24).

     

    1. LA MISSION 

     

    a) LES ORIGINES DE LA MISSION

    « Quand l’heure fut venue, le Père envoya son propre Fils »(Prière Eucharistique N°IV)

    Saint Paul VI nous le rappelle: « Le premier évangélisateur, c’est le Christ. » (Evangelii nuntiandi).

    Dans la discrétion de sa « vie cachée », il a évangélisé par sa vie de travailleur, de citoyen et par sa vie quotidienne comme habitant de Nazareth ; Puis, après son baptême par Jean, il va se consacrer totalement au « travail d’évangélisation » pour réaliser l’œuvre du Père qui est toujours « à l’œuvre ».

      « Mon Père jusqu’à maintenant, est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre ! »(Jean 5, 17).

    Cette œuvre, il l’annonce dans la synagogue à Nazareth : « l’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres » (Luc 4,16- 22). Il va souffrir de l’incompréhension de son peuple, des pouvoirs en place et de la faiblesse et même de la trahison de ceux qu’il a choisis. Pourtant, dans l’envoi en mission en Galilée, il va faire confiance même à ceux qui doutent en leur donnant à tous les onze la même mission.

    Jésus dira aux Apôtres : (Mt 28,20) « comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ! »(Jean 20,21).S’il leur avait demandé souvent de se taire, après être passé par la mort et la résurrection, alors il les envoie : « Allez, de tous les peuples faîtes des disciples, baptisez- les….  Et apprenez- leur à observer tout ce que je vous ai prescrit … »    (Mt 28, 20) et, les apôtres, à partir de l’Ascension et de la Pentecôte, vont annoncer l’essentiel de la foi (le kérygme).

    « Mais Pierre, se présentant avec les onze, éleva sa voix et leur parla : Hommes juifs, et vous tous qui séjournez à Jérusalem, que ceci vous soit connu, et écoutez avec attention mes paroles …Et il arrivera dans les derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; et vos fils et vos filles prophétiseront ; et vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes… Ce Jésus que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité … Nous en sommes témoins ». (Actes 2, 14 à 41):

     

     

     

    b) LES OBJECTIFS DE LA MISSION 

    A chaque messe, le prêtre dit : « Frères et sœurs, prions ensemble, au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Eglise, la communauté répond : « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ! » 

    Là est le premier objectif de la mission, devant les signes que Jésus leur donne, la foule rendait gloire à Dieu. De même, Jésus dit à ses disciples : « Faites le bien » « …afin qu’en voyant vos œuvres, les hommes rendent gloire à votre Père qui est dans les cieux ! ». (Mt 5,16)Et Paul écrit aux Corinthiens : « Quoi que vous fassiez, faîtes tout pour la gloire de Dieu ! »(1Cor 10, 31).

     

    c) LES CONDITIONS DE LA MISSION

    « Ni sac pour le chemin, ni deux tuniques, ni chaussures, ni bâton ; car l’ouvrier est digne de sa nourriture. »(Mt. 10, 10)

    Ce qui suppose un certain dépouillement, des choix, quitter des choses…

    « La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux, priez donc le Père d’envoyer des ouvriers à sa moisson… »

    (Mt 9, 37-38),

    « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups » / « an ka voyé zòt kon ti mouton an mitan à chyen anrajé ! »(Mt 10,16 // Luc 10,3).

    Les chapitres 5, 6 et 7 de St Matthieu, des Béatitudes à la parabole de la maison bâtie sur le roc précisenttoutes les conditions. Mais n’oublions pas : 

    « Celui qui veut être mon disciple, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive !(Mt 16, 24 / Mc 8, 34 / Luc 9, 23).

    Et n’oublions surtout pas : « Ayez entre vous les mêmes sentiments qui furent dans le Christ Jésus ! »(Phil 2,5-11)Le symbole de la vigne du Seigneur dans le nouveau testament.

    « Je ne suis qu’un humble ouvrier comme vous, à la vigne du Seigneur. »(Benoît XVI)

    Marthe et Marie : la Parole avant le service : (Luc 10, 38 à 39)

    «En chemin, Jésus et ses disciples s'arrêtèrent dans un village1 ; ce fut une femme, Marthe, qui les reçut dans 

    sa maison.- Assise aux pieds du Seigneur, c'est Marie, sa sœur, qui écouta sa parole »

    Marie a choisi la meilleure part, alors il ne lui sera pas enlevé.

    Le père Chevrier disait : « Notre premier travail » est d’étudier l’Evangile et de l’enseigner. »

    La mission avant de s’élancer, rendez-vous sur la montagne pour prier et réfléchir.

     

    d) LE SALAIRE DE LA MISSION …C’est : La Béatitude : 

    « Heureux les pauvres de cœur… »(Mt 5,1ss) 

    « Heureux serez- vous ! »    « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez » Mt, 13, 16), 

    « Heureux ceux qui écoutent la Parole »(Luc 11, 27) 

    « Heureux le serviteur fidèle et vigilant » (Mt 24,46),

    « Venez, les bénis de mon Père recevoir le Royaume » (Mt 25,34),

    « Je vais vous préparer une place dans la maison de mon Père » (Jean 12,26). 

    « Père, je veux que là où je suis, mes disciples soient aussi avec moi »(Jean 17,24).

     

     

    1. LA MISSION DES CHRETIENS

     

    a) LES PROTAGONISTES DE LA MISSION

    Le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

    Les disciples, les apôtres avec Jésus ressuscitéet le Saint Esprit et nous, aujourd’hui…

    « Tout comme tu m'as envoyé dans le monde, je les ai moi aussi envoyés » (Jean 17, 18)                                                                                  « C’est l’Esprit qui parlera en mon nom, en vous. »(Mt 10, 17 à 22).

    Les 12 apôtres, les 72 disciples ont travaillé à annoncer la Bonne Nouvelle par leur vie, leur action avec leur esprit, leur corps, leur cœur, de même, les chrétiens sont appelés, choisis et envoyés pour continuer cette œuvre qui est double : Faire l’Eglise de Jésus-Christ et bâtir le royaume.

    b) BÂTIR L’EGLISE DE JESUS- CHRIST 

    Le premier critère, c’est lui qui nous le donne :« c’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples »(Jean 13, 35).

    Il s’agit donc de « faire Eglise »

    • En famille, en quartier, en communauté ecclésiale de base, en TKL (Ti Kominoté Légliz),
    • En paroisse (qui sera donc « communauté de communautés »
    • En diocèse et en « communion des Saints ».

     

    c)-CONSTRUIRE SON ROYAUME 

    Royaume, qu’il a inauguré par sa naissance, son enseignement, sa pratique, sa mort et sa résurrection et qu’il nous a confié pour être les vrais disciples de « Celui qui est venu pour que tous aient la vie en abondance ».(Jean 10,10).

    La parabole du Bon Samaritain« Va, et toi aussi fais de même ! »(Luc 10, 29- 37)et l’expérience des disciples d’Emmaüs qui se laissent transformés par les paroles du Ressuscité (Luc 24, 13- 35)seront sur le chemin de bonnes lumières pour notre mission de baptisés.

    Ainsi, lors de la célébration de la confirmation, ce sont presque les mêmes mots qui sont prononcés à ceux qui reçoivent le sacrement, l’évêque leur dit : « Sois marqué de l’Esprit- Saint, le don de Dieu, va, le Seigneur t’accompagne. »

    Le Pape émérite, Benoit XVI, disait aux jeunes des JMJ de Madrid: « Allezrejoindre vos communautés paroissiales pour les rajeunir, allez vers les autres jeunes pour les connaître, connaître leurs besoins et chercher avec eux des chemins pour améliorer la vie ».

    La première évangélisation commence à la maison et se nourrit le dimanche.

    On aime chanter : « comme-lui, savoir dresser la table, comme-lui nouer le tablier…

    Mais, c’est surtout avec un esprit d’humilité qu’il faudra agir, (voir le lavement des piedsen Jean 13).« Ecoutez-le. » = « faites tout ce qu’il vous dira » Comme les serviteurs à Cana.

    Or, on n’écoute plus, on ne se regarde plus quand on se parle, on se coupe la parole continuellement et avec toutes les nouvelles technologies on n’a jamais si mal communiqué ! 

    « Ecouter » c’est aussi « obéir » comme Abraham, comme Moïse, comme Paul, comme Joseph :« Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse. »(Mt 1,24) Mais aussi vivre la correction fraternelle : aller humblement vers son frère comme un pécheur qui cherche à aider son frère à se convertir simplement, comme 2 frères qui se rappellent l’Evangile à vivre ensemble et non comme ces pharisiens qui se prennent pour des saints et qui passent leur temps à montrer du doigt les péchés des publicains.

     

     

    1. LA MISSION DES COUPLES CHRETIENS : 

     

    1. UNE REPONSE A UN APPEL DE DIEU POUR UNE MISSION SPECIFIQUE

    De toutes les convictions exprimées dans les alinéamenta préparant le synode sur « L’amour dans la famille », le Pape François a retenu celle-ci qu’il a souvent répétée par la suite :

    « Le sacrement du mariage n’est pas simplement une coutume familiale, sociale et culturelle, c’est d’abord « une vocation », une réponse à un appel de Dieu. Il me semble que ce doit être le départ de tout projet et de toute préparation au mariage. C’est à partir de là que les époux découvriront leur mission spécifique.

    • En premier, comme pour les jeunes, ils sont appelés à « aller rejoindre leur communauté » pour préparer ce sacrement, le célébrer et pour le nourrir chaque dimanche par la Parole de Dieu et l’Eucharistie.
    • Oui, ils ont besoin de la communauté et la communauté a besoin de leur témoignage. Leur présence fait du bien à la communauté ; Imaginez une communauté qui chaque année se voit renforcée, renouvelée par tous ces nouveaux couples qui seraient venus la rejoindre après leur mariage. Quel témoignage pour toute la communauté, pour les autres couples et pour les jeunes qui rêvent déjà de leur projet de vie !

    Le Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) précise : « Toute la vie chrétienne porte la marque de l’Amour Sponsal du Christ et de l’Eglise. Sacrement de l’alliance du Christ et de l’Eglise, le mariage est un vrai sacrement de la Nouvelle Alliance » (N°1617). « La tâche fondamentale du mariage et de la famille est d’être au service de la vie » (N°1654).  « Pour proclamer l’Evangile de la famille une pastorale familiale intense et vigoureuse est nécessaire pour aussi promouvoir et travailler pour que les droits des familles soient reconnus et respectés » (Aparecida N° 435) « La famille, « petite Eglise » doit être avec la paroisse, le premier lieu pour l’initiation chrétienne des enfants », « elle les accompagne dans l’élaboration de leur projet de vie, comme disciples missionnaires. » (N° 302/303)

    • Et enfin, comme les jeunes et tous les autres baptisés, les couples sont invités à aller rejoindre leurs frères dans tous les milieux de vie pour les connaître, connaître leur besoins matériels, affectifs et spirituels et chercher avec eux à construire le Royaume que St Paul VI appelait « la civilisation de l’Amour ».

     

    1. MOUVEMENT D’APOSTOLAT POUR LES COUPLES DES EQUIPES NOTRE DAME

    C’est ici que les mouvements d’apostolat, comme le vôtre sont d’une grande importance avec cette conviction exprimée par le Concile Vatican II exprimant l’expérience de l’évangélisation des pairs par leur semblable, il le dit à propos des jeunes et même des enfants :

    • « Apostolat des laïcs (N° 12) ».Les jeunes doivent devenir les premiers apôtres des jeunes, en contact direct avec eux, exerçant l’apostolat par eux- mêmes et entre eux, compte tenu du milieu social où ils vivent… Les enfants ont également une activité apostolique qui leur est propre. A la mesure de leurs possibilités, ils sont les témoins vivants du Christ au milieu de leurs camarades. »

    Cette conviction est le fondement de tous les mouvements d’apostolat en particulier les mouvements d’action catholique de jeunes et d’adultes (JEC/JOC/MRJC/CMR/MTC/ Equipes Enseignantes etc…)

    • « Apostolat de milieu de vie » où le jeune est envoyé vers les autres jeunes, l’ouvrier chrétien vers les autres ouvriers et les couples chrétiens envoyés à tous les couples pour leur annoncer l’Amour de DIEU qu’il nous as fait connaître par son Fils Jésus- Christ et par « ce même amour répandu dans nos cœurs, par l’Esprit qui habite en nous ! »(Romains 5,5)  

     

     

    1. QUESTIONS POUR PARTAGER EN COUPLE ET AVEC D’AUTRES COUPLES…

    .1   Quel temps je me donne par jour / semaine / mois / année (retraite) pour nourrir ma foi par l’étude 

    .2   Qu’est-ce que je fais pour transmettre ce réflexe à d’autres chrétiens (enfants, voisins de quartier, collègue de travail) ?

    .  Quelle place je donne à mon travail et tous ses acteurs dans ma prière ?

    a) Quels couples, dans la Bible, l’histoire de l’Eglise ou parmi nos contemporains, sont pour moi des modèles de vie chrétienne ?

    b) En quoi sont-ils des modèles à imiter ?

    4…Comment maintenant, je comprends la mission du couple chrétien en Guadeloupe ?

    5   Quelles sont mes premières convictions et décisions suite à cette réflexion ?

    6…Je peux aussi maintenant, prendre le temps d’écrire une simple prière ou composer un psaume à partager avec d’autres.

     

     

    1. POUR ALLER PLUS LOIN

    Voir VATICAN II

    L’Apostolat des Laïcs N°2Rappelle que « si le Christ est le premier évangélisateur, les parents, doivent l’être ;

    N° 12« Les jeunes doivent devenir les premiers apôtres des jeunes, en contact direct avec eux, exerçant l'apostolat par eux-mêmes et entre eux, compte tenu du milieu social où ils vivent.

    …Voir DOCAT: Doctrine Sociale de l’Eglise Catholique 

    Le DOCATest une excellente source d'information sur la justice sociale pour les Chrétiens, les aidant à connaître et à vivre la doctrine sociale de l'Église.  Sur le travail par ex « Le travail est une nécessité pour l’homme », « C’est un chemin de maturation » (St Jean- Paul II)

    …Fiche 16 de TANDEM: « Mon travail, le tien et nous ? »

    ….Vie Familiale et Vie Professionnelle : cf. : www.vivreettravaillerencouple.com

    .   Comment « travailler » peut détruire votre couple (voir vidéo sur le site)

    .   Comment éviter que le travail ne ruine votre couple à travers la vie du couple et les activités professionnelles ?

  • Journée de Secteur du 03 février 2019
    Le dimanche 03 Février 2019 à Prise d’eau Petit Bourg.  Les équipes Notre Dame Secteur Guadeloupe se sont réunies dès 8 h 30 à la salle paroissiale. Sur le thème : « la réconciliation, signe d’édification du couple et de la famille » C’est aussi apprendre à mieux se regarder afin de mieux regarder l’autre.   I - C’EST QUOI, LA JOURNEE DE SECTEUR ?
    Chaque année toutes les équipes du mouvement se rencontrent, de même que des couples sont invités à découvrir le mouvement, à prier ensemble, bâtir l’unité et la communion entre les membres ; recevoir des enseignements, informer et s’informer de l’évolution du mouvement. La journée vécue à Prise d’eau était propice aux informations régionales, nationales et internationales, Des explications, documents, un résumé du rassemblement international projeté, ont permis aux participants de comprendre ce qui fait l’universalité du mouvement et de mieux saisir ce qui a été vécu à Fatima. La densité des journées et l’organisation rigoureuse n’ont échappé à aucun des 8 couples équipiers de Guadeloupe et le conseiller spirituel, le père Patrix DESEIDE, qui avaient effectué le voyage. Max et Line GELI, ont témoigné, au nom de tous, des richesses et des grâces du rassemblement. Ces rassemblements sont un signe important d’unité d’espoir qui rejoint des milliers d’équipiers du monde entier dans une ambiance de joie et de louange à DIEU.   II - TEMPS DE REFLEXION ET D’ENSEIGNEMENTS
    La quarantaine de couples participant aux activités du programme de la journée, s’appropriait à l’accueil un livret pour guide. Cinq groupes se sont construits pour réfléchir, partager pendant 30 minutes sur les quatre questions suivantes :   1.Comment être en couple renouvelé pour une famille renouvelée avec nos faiblesses, nos manquements, et les nombreuses difficultés du quotidien ? Quels sont les moyens proposés par les END ?                                                                           
    Que propose l’Eglise ?  2.Comment accompagner les jeunes dans leur chemin de vie, leur discernement de vocation ?  Que peut-on envisager pour les jeunes couples mariés ou non ?   Nous avons relevé quelques éléments de la mise en commun. Les couples pour gérer les difficultés, ont choisis d’élargir la place donner à Dieu dans leur vie, tout en s’appuyant sur les moyens que proposent les équipes Notre-Dame. Les moyens proposés par l’Eglise : les sacrements, les entretiens avec les conseillers spirituels, la Pastorale des jeunes. Tous les groupes ont insisté sur l’implication des jeunes dans les différentes activités de l’Eglise, sur l’aide à leurs porter pour décoder l’appel de Dieu. Il faut se faire proche des jeunes, ceux de nos familles, mais aussi les laissés pour compte : savoir les écouter, les respecter, les aimer, les aider à s’intégrer dans des mouvements associatifs, sportifs, mouvement d’Eglise, etc… les aider à développer la confiance en eux et en ceux qui les entourent.    III - TANDEM ET RELIANCE
    Tandem est un parcours spirituel et humain pour des jeunes couples mariés ou non, pour les fiancés. Ce parcours s’étale sur 2 ans en suivant une pédagogie mettant en relief la réflexion personnelle, en couple et en équipe.  L’équipe est constituée de 4 à 6 couples accompagnés par un couple ainé des équipes Notre-Dame et d’un prêtre conseiller spirituel. Les rencontres sont mensuelles. A ce jour, il existe, dans le diocèse, 2 équipes Tandem, une accompagnée par le couple Roméo et Gerty NOMED et l’autre par le couple  Marc et Noémie DOW.    Reliance, permet aux personnes ayant contactées une deuxième union après un divorce, de vivre leur foi en couple et en équipe. Il existe une équipe Reliance, constituée de 4 couples, accompagné par le couple Yvon et Gilberte COMBES, et un conseiller spirituel qui a accepté de les rejoindre pour les prochaines rencontres.   IV - ENSEIGNEMENT DU PERE BOURGUIGNON
    Le conseiller spirituel de Secteur nous a longuement entretenu sur « Le pardon et le couple ». Marie, disait-t-il, a choisi la meilleur part. aujourd’hui, les équipes à l’exemple de Marie prennent du temps pour méditer la Parole de Dieu, pour se former, échanger, informer, prendre du temps pour s’écouter, se parler, se pardonner, ce qui permet aux conjoints d’arriver à la réconciliation qui est le signe d’édification du couple et de la famille. Le pape François disait que la famille est le tissu fondamental de la société. Nous avons à fonder la famille sur l’édifice solide qui est Jésus-Christ. Il faut restituer le pardon de Dieu. Le pardon n’est pas quelque chose d’humain. C’est le Christ, Dieu fait homme qui donne la vraie valeur à ce pardon. Jésus accepte la souffrance en signe. Le désir du Christ est de relever la personne, de lui redonner sa dignité. Dieu s’est fixé un projet et il veut le réaliser. Quelques soit notre situation Dieu veut nous sauver. En définitive Dieu ne peut pas être heureux sans nous. Il veut notre bonheur.  C’est très difficile insistait-il de faire une démarche de pardon. Dans l’ancien testament, on y trouve une violence extrême, insoutenable, citant en outre David et Goliath, il nous recommande d’aller lire : 1 Samuel 4 et suivants. C’est Jésus Christ qui, à tous les niveaux, nous fait entrer dans l’alliance nouvelle. Le père a terminé son enseignement en insistant sur l’humilité et le pardon. Il cite le pape François « Si tu dois changer, corriger un petit défaut chez l’autre, pense que tu en as beaucoup… »   V - REPRISE DES ACTIVTE
    Au cours de l’après-midi, trois scénettes ont illustré le devoir de s’assoir, la prière conjugale, l’oraison mettant en évidence les écueils à éviter dans ces points concrets d’effort. Après le rangement de la salle vers 15 h 45, on se retrouvait tous à l’Eglise pour l’Eucharistie. Nous garderons le message du célébrant : le projet de Dieu pour l’humanité passe par la famille. Si la famille souffre, c’est le monde qui souffre.  Dieu a besoin de tout le monde ; l’Esprit est à l’œuvre ; il nous faut persévérer ; se donner, donner de soi-même. Appuyons-nous sur le Seigneur, il a besoin de nous. Nous pouvons dire qu’à travers les différentes activités qui ont constituées cette journée tels que les remontées des différents carrefours, l’accent a été mis sur la nécessité d’une écoute plus profonde envers les jeunes et ainsi réduire ou même voir disparaître petit à petit ce fossé de l’incompréhension qui existe entre deux génération, exprimé par les jeunes couples présents, de même que les joies et les rires attisés par les différentes mises en scène du Devoir de s’assoir; ainsi que les témoignages captivants des couples Tandem et Reliance, ont fait que la journée de secteur fut une réussite. Journée qui avait la particularité d’être la 2èmeactivité du secteur où une assez large place était consacrée au compte rendu du XXII ème Rassemblement Internationale des équipes Notre-Dame, à FATIMA, au Portugal, du 16 au 22 Juillet 2018. Rappelons que les fonctions de l’équipe de Secteur sont l’animation spirituelle, la liaison, la formation, l’organisation d’activités et la diffusion du mouvement. Encore une fois, nous disons : Merci Seigneur pour cette belle journée agrémentée par un programme riche et ambitieux et merci pour tous les invités qui ont répondu présents.  Et nous terminerons avec ces mots du Père Caffarel, fondateur du mouvement.   « Combien souvent l’amour des époux, l’affection entre parents périclitent, précisément parce qu’on néglige de les entretenir et de les approfondir. Nos amours humaines exigent des rencontres, des échanges, des moments de cœur à cœur. C’est vital. De même pour l’amour de Dieu. Il dépérit dans l’âme du chrétien qui ne se ménage pas chaque jour des moments de rencontre avec son Seigneur, moments d’échanges, d’intimité, c’est-à-dire de prière. C’est non moins vital. Et qui me rétorque : "Mais où voulez-vous que je trouve le temps de prier ?" me laisse rêveur… Toute la question est de savoir si c’est vital de manger, toute la question est de savoir si c’est vital de prier. »   Père Henri Caffarel         Marc et Noémie DOW Equipe BAIE MAHAULT 1








    Photos de Jospeh NAGAU    
L'agenda du secteur

Aucune actualité.


Contacter le secteur